[Texte libre] L’écheveau de soie rouge de la compagnie de battiloro Da Gagliano (Suzanne Lassalle)

P1110435L’écheveau de soie rouge (flotte) de la compagnie de battiloro Da Gagliano
Suzanne Lassalle

Texte publié le 12 février 2014

Dans le rabat de la couverture postérieure de l’un des registres de la compagnie de battiloro Giugliano e Pier Francesco Da Gagliano, se trouvait une flotte de soie rouge.

Ce registre –libro de’tessitori– contient les comptes des différents maîtres tissant pour la compagnie ainsi que ceux d’autres artisans intervenant à différentes phases de la chaîne de production des soieries d’or. (tintori, filatori, saponari). Il s’agit d’un volume relativement imposant, subdivisé en quatre parties dédiées aux différents métiers.

La trouvaille d’un objet si exceptionnel offre d’énormes opportunités pour accroître la connaissance des matières premières utilisées pour tisser les soieries brochées de fils métalliques au début du XVIe siècle. Une première analyse de l’objet, très grossière au vu des instruments de mesure à disposition, permet déjà de se faire une idée de la qualité de la matière.

L’objet, sorte d’échantillon, est référencé dans plusieurs comptes d’ « étoffe » sous un même numéro de lot (n°266). Cette mise en regard des informations contenues dans le registre (fogli 66v, 72v, 73v, 75v, 77r, 80v, 81v) et les propriétés matérielles du mateau posent de nombreuses questions sur les modes de transformation de la matière première, la production des étoffes techniques et les techniques de gestion de la compagnie.

Description de l’objet

Une flotte (matassa) composée de quatre écheveaux de soie teinte, rouge tirant sur le rose, très brillante. La flotte (de longueur 21 cm et d’un poids* de 8 grammes) était plié en deux dans un petit bout de papier lui même plié en trois, placé dans le revers supérieur du 4e de couverture. L’emballage porte l’inscription suivante « Orsoio chremisi inanato (incannato?) a n° 266 ». Sur  la face interne du morceau de papier -déchiré- se trouve une inscription [1] datée (1515), n’ayant pas de rapport apparent avec l’échantillon, mais correspondant aux dates de rédaction du registre (1513-1521). Ce qui permet de proposer une première datation de l’objet.

(* Cette donnée est à prendre avec toutes les précautions qui s’imposent pour au moins deux raisons : la soie est une matière extrêmement hydrophile pouvant absorber jusqu’à 30% de son poids, et la pesée a été réalisée avec une simple balance de cuisine électronique un jour de fortes précipitations.) 

A priori, il s’agirait d’un filé de soie de seconde qualité, car il ne s’agit pas d’un fil fait de filaments continus mais d’un assemblage de fibres courtes. Avec un compte-fil grossissant 30 fois, il est possible de voir une quinzaine de fibres tordues en S constituant le diamètre du fil. Ce type de filé est généralement obtenu avec les fibres provenant des cocons de rebus (douppion- doppi) ou bien avec les chutes d’une première torsion de meilleure qualité (schappe- filugello[2]). Le fil est extrêmement fin, et présente entre 10 et 15 torsions au cm. Ce type de fil pouvait être utilisé pour les trames de fond du velours, qui sont invisibles à la surface du tissu. Dans le registre, le même numéro de lot se réfère souvent à de la trame, mais aussi à de la chaîne.

On trouve aussi plusieurs couleurs se référant au même lot, excluant l’idée d’un numéro attribué à une couleur spécifique. Tané, giallo, pagonazzo di chremisi. Cette dernière teinte de rouge, néanmoins, n’est même pas attribuable à celle de l’échantillon, car il s’agit en général d’un violet foncé. Il semble indispensable de recourir à une analyse chimique[3] de l’échantillon pour déterminer les colorants et mordants utilisés, qui pourront nous éclairer sur les provenances des fournitures à l’époque.

Lors de la mise en main, l’écheveau a été tordu en Z et tous les écheveaux présentent une torsion inverse (en S). Chacun des quatre écheveaux, de grosseur équivalente, ont été formés d’au moins 300 tours. Il s’agit évidemment d’un chiffre approximatif car le comptage de fils si fins nécessite une binoculaire de qualité professionnelle. Ces informations, une fois précisées, seront cruciales pour définir le type de transformation de la grège en fils prêts à être tissés. Quels types de dévidoirs sont utilisés et comment, quelles sont les normes des écheveaux commandés par la compagnie ? Bien d’autres questions émergent à la vision de cet échantillon. Quel type de moulinage ? Quelles sont les méthodes pour nouer les écheveaux (incatenare) ? Quels types de colorants et de mordants ont été utilisés ? Comment le marchand-entrepreneur (setaiolo et/ou battiloro) classifie la soie : organisation en lot, correspondance avec le type de technique de transformation ? Fonction dans l’étoffe?

Quelques-unes de ces informations peuvent déjà être croisées avec les entrées des comptes se référant à ce numéro de lot.

Les comptes d’étoffes, tels qu’ils se présentent dans le registre Gagliano, correspondent en bonne partie à la description de la tenue idéale d’un compte proposé au chapitre LXXIV par le rédacteur anonyme (de toute évidence par un setaiolo) du Trattato dell’Arte della Seta, daté à la moitié du XVème siècle[4].

La présentation physique d’un « compte » d’étoffe à tisser

En tête du foglio est indiqué le nom du tisserand, son lieu d’activité, la date prévue pour la consigne de la pièce à réaliser, le nom de la pièce à tisser pour le compte du battiloro, le type de tissage (avec quelquefois l’indication de la densité voulue (en nombre de dents du peigne)

Ex. : Giovanni di Francesco nostro tessitore sta sul prato a da noi fino a dì 6 d’agosto la sotto scritta tela per tessere una raso nero in 10 000.

Ensuite le foglio est divisé en 2 parties verticales (dare e avere sur le même foglio). La partie de gauche est divisée en trois parties distinctes, indiquant les différentes typologies de fils nécessaires au tissage de la pièce. Viennent en première mention (a) les fils de chaîne, en seconde mention (b) les fils de trame et enfin (c) les filés métalliques. Chaque écriture de fils se décompose de façon différentes selon les caractéristiques spécifiques à leur fonction :

(a)

n° de lot, longueur en braccia, sa fonction dans l’étoffe (tela/ristagnio/pelo/cordoni à savoir : chaîne pièce, chaîne de liage, chaine poil, lisière), type d’étoffe (alti e bassi, rasi, velluti…), couleur, nom de la personne qui l’a apporté : p(or)to x, chiffres donnant un calcul d’ourdissage[5] en canne (bobines) x volte (portées) ?, poids (peso) en libbra, once et p….[6]

ex : n°163 B(raccia) 36 di tela di grana per domaschino ** *30×90 (p°) peso 4.2.3

 (b) 

n° de lot, date, poids en once ?, fonction dans l’étoffe, couleur, qualité (sottile/fine/grossa), poids?

ex : n° 177 addì 14 di maggio v.4 di trama gialla fine _.2.3

 (c)

Date, poids, fonction dans l’étoffe, couleur, type d’étoffe, report vers autre livre (Si°) strafoglio?, n° de foglio, n°de lot, poids.

ex. : a dì detto (14 di novembre) v. 11 di trama pag(ona)zzo per alti e messa a (Si°) ? c. 290 n°266, (poids ou somme ?) _.20._

La partie de droite est divisée en deux parties : la première section en devono dare correspond au paiement de la pièce d’étoffe réalisée, avec sa date de livraison. La seconde section, en revanche, pourrait correspondre au retour de la matière première restante après tissage. Les écritures présentent le terme riauto (ri-avuto ?). Dans la mesure ou les matières premières restent la propriété du setaiolo/battiloro tout au long de la production de l’étoffe, cela expliquerait ces entrées en devono avere.


[1] Date sur le coté : primo luglio 1515 et « D(onin)o Simbaldo dei e compagnia in Firenze amici carissimi moi ci troviamo ci troviamo in questo in questo di primo luglio 1517.Religiosi maestro Neri di Jacopo del Benino e compagnia insomare frate f fra(telli) » retour au texte

[2] Le filugello est issu de cocons éclos avant dévidage à l’eau tiède. Ces cocons ne présentent plus un filament continu mais discontinu. Ce filugello est obtenu de l’assemblage sans torsion de ces courts filaments. In Florence EDLER DE ROOVER et Bruno DINI, L’arte della seta a Firenze nei secoli XIV e XV, éd. par Sergio TOGNETTI, Biblioteca storica toscana. Serie 1 (Deputazione toscana di storia patria) ; 36 (Firenze: L. S. Olschki, 1999), p.29 retour au texte

[3] Les techniques d’analyse à chromatographie liquide haute performance et spectrométrique permettent d’apporter des résultats extrêmement précis en prélevant le minimum de matière sur l’objet archéologique. retour au texte

[4] Girolamo GARGIOLLI, Trattato dell’arte della seta in Firenze e Dialoghi (Florence: G. Barbera, 1980), Cap. LXXIV. retour au texte

[5] Article sur l’ourdissage : http://alembert.fr/index.php?option=com_content&id=654695023 retour au texte

[6] Le chapitre LXXIV décrit l’ordre suivant : Braccia, type d’étoffe, provenance de la soie, calcul d’ourdissage (en volte e cannoni).retour au texte

P1110435 P1110440 P1110473


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.