[Texte libre] Les registres Salviati de Constantinople (Ingrid Houssaye Michienzi)

Les registres Salviati de Constantinople
Ingrid Houssaye Michienzi

Registres de Constantinople

Texte publié le 31 janvier 2014

Perdus au sein de l’immensité du fonds Salviati, trois registres de comptes rédigés à Constantinople entre 1491 et 1493 sont d’une richesse phénoménale pour tous ceux qui s’intéressent aux activités des marchands florentins dans l’espace méditerranéen. Jusqu’à maintenant, trois sources ont été utilisées pour étudier les Florentins et leur commerce dans l’Empire ottoman des XVe et XVIe siècles : les documents de nature officielle conservés principalement dans les archives de Florence recueillis et édités par Giuseppe Müller en 1879, les « morceaux choisis » de la correspondance de Giovanni Maringhi traduits en anglais par Gertrude R.B. Richards en 1932, et la chronique du Florentin Benedetto Dei qui voyagea au Levant dans la seconde moitié du XVe siècle éditée en 1985. Les rares études sur le sujet dérivent quasiment toutes de ces trois ouvrages. Le dépouillement de la comptabilité de Giovanni Salviati est donc d’un apport considérable.Ces registres sont au nombre de trois. Dans le premier, intitulé Giornale e Ricordi, Giovanni di Marco Salviati écrit ses activités quotidiennes du 31 octobre 1491 au 12 août 1493, ainsi que « les choses dont il faut se souvenir » comme des copies d’assurances ou de chargements de navires. Les informations qu’il contient sont ensuite reportées dans un livre analytique des Debitori e Creditori contenant les comptes de personnes, de marchandises, de frais et de gestion. Les deux premiers livres doivent ainsi être lus parallèlement. Le troisième registre est également de cette nature mais il ne fonctionne pas avec les deux autres. Il est tenu du 22 mars au 7 août 1493 et se focalise sur les envois de produits textiles de Florence, et notamment de draps de laine. Giovanni Salviati tint ses registres jusqu’à sa mort qui survint en novembre 1493. En effet, une lettre adjointe à l’un des registres, datée du 16 novembre 1493, nous informe qu’il était alors très malade de la peste. Il décéda certainement quelques jours plus tard. Les livres de comptes sont ensuite tenus par Antonio Miniati qui géra l’héritage de Giovanni Salviati de Florence. Ils furent ainsi certainement rapatriés à Florence avec les effets personnels de Giovanni Salviati.

Les livres de comptes offrent d’abondantes informations sur le commerce qui était alors effectué dans l’Empire par les agents florentins. Ils permettent également de mieux comprendre les mécanismes d’insertion de ces négociants sur le marché turc, particulièrement à travers l’examen de leur collaboration avec les marchands juifs.

À la différence des Génois et des Vénitiens, les Florentins arrivèrent très tardivement sur les marchés de la Méditerranée orientale. Ce n’est qu’en 1439, à l’occasion du concile de Florence, c’est-à-dire plus de 33 ans après la conquête de Pise, que l’empereur Jean VIII Paléologue transféra à la République de Florence les droits que les Pisans possédaient à Constantinople ainsi que l’église de Saint Pierre et leur maison commune. Le décret accordé reconnaissait à Florence le droit de nommer des consuls pour administrer ses ressortissants et fixait les droits de douane. Ce fut le début d’une véritable installation d’un groupe régulier de marchands florentins à Constantinople et le coup d’envoi de l’établissement de liaisons maritimes régulières entre les deux cités. La conquête de 1453 changea radicalement la donne. Tout en maintenant un équilibre délicat entre ses intérêts commerciaux et le sentiment de croisade, Florence, à l’instar des autres puissances italiennes, devint un partenaire commercial de l’Empire. Le sultan Mehmed II confirma les privilèges de Florence et la ligne de navigation reprit, passant de l’envoi d’une seule galée à un convoi de deux galées en 1457, puis de trois en 1461, signe d’un accroissement conséquent de son commerce en ces terres. Les privilèges furent régulièrement renouvelés par les différents sultans, et des consuls se succédèrent à la tête de la communauté florentine. Toutefois, les lignes officielles de navigation étaient abandonnées depuis près de quinze ans lorsque Giovanni Salviati était présent à Constantinople. L’organisation parallèle qui s’était toujours maintenue fut redynamisée et fit la richesse des Ragusains et des Anconitains qui prenaient en charge les marchandises florentins. Cependant, en dépit des avantages dont la cité jouissait, la position des Florentins sur le marché ottoman n’était pas bien établie. La situation changea légèrement à la faveur des conflits entre Venise et l’Empire ottoman, principalement entre 1463 et 1479 puis entre 1499 et 1503. Les longues guerres, qui marquèrent la fin du règne de Mehmed II et le début de celui de son fils Bajazet II, donnèrent aux sultans l’occasion de favoriser Florence afin de briser leur dépendance de Venise, ce qui n’arrangea bien entendu pas les relations entre la Sérénissime et la cité du Lys. Malgré tout, Venise était bien trop implantée en Méditerranée orientale pour être délogée par un autre État italien.

Giovanni Salviati, comme de nombreux Florentins était établi à Pera, un quartier situé au Nord de la cité de Constantinople, de l’autre côté d’un estuaire se jetant dans le Bosphore, appelé la Corne d’Or. Il y avait également des Florentins négociant à Andrinople (Edirne) et à Brousse. En 1469, d’après les mémoires de Benedetto Dei, 51 Florentins étaient présents dans l’une de ces trois villes. En 1507, les Diarii du vénitien Marin Sanuto font part d’un groupe de 60 à 70 marchands. Certains marchands étaient également présents à Gallipoli, située près du détroit des Dardanelles. Les Florentins étaient engagés dans un commerce qui consistait à vendre des produits textiles, et surtout des draps de laine, et à acheter principalement de la soie grège. Marché de consommation intéressé par les beaux tissus florentins et fournisseur de matières premières nécessaires à la croissance de l’industrie textile florentine, l’Empire ottoman constituait ainsi un partenaire économique de premier choix pour les négociants florentins. La présence de la cour ottomane, consommatrice de biens de luxe, représentait une source importance de revenus. Plusieurs comptes des livres de Giovanni Salviati sont en effet ouverts au nom de La Porta del Signore, c’est-à-dire de la cour du sultan. Les accords conclus avec Bajazet II en 1483 autorisaient les Florentins à importer jusqu’à 5 000 pièces de tissus par an ce qui correspondait environ au tiers de la production florentine de l’époque d’après les estimations d’Hidetoshi Hoshino ou de Richard Goldthwaite. Cette importante possibilité d’importation souligne à la fois l’importance du marché turc pour l’industrie de la laine florentine et le succès que ces produits rencontraient dans l’Empire. Brousse était par exemple un grand marché de consommation et Marco Bembo, marchand vénitien, écrivait dans une lettre de 1479 que les gens de Brousse ne connaissaient pas d’autres draps de laine que ceux de Florence.

À travers les opérations qu’il enregistrait, il apparaît que les activités commerciales de Giovanni Salviati collaient en tout point à celles des Florentins dans l’Empire. Le journal, contenant 72 pages d’opérations, indique la vente de nombreux draps de laine, principalement de type garbo et sopramano, c’est-à-dire des tissus réalisés à partir de laines ibériques. Giovanni Salviati demeurait à Pera mais effectua des voyages dans l’Empire, notamment à Andrinople. Il utilisait également divers agents tel Sandro Rucellai qui conduisait à Brousse des tissus que Maso Fronti écoulait. Il commerçait très étroitement avec Alfiero Strinati, un autre négociant florentin qui vivait en face de chez lui à Pera et commerçait également à Andrinople. Néanmoins, ce qui frappe de prime abord est l’importance prise par les marchands juifs qui apparaissent comme les intermédiaires indispensables dans le commerce intérieur de l’Empire ottoman. Cette présence est à la fois le résultat de la concurrence vénitienne qui entravait certainement les desseins florentins, mais également de la montée en puissance du milieu d’affaires juif dans l’Empire. En effet, après la conquête de Constantinople en 1453, les sultans ottomans cherchèrent à développer un milieu marchand composé de Turcs, de Grecs et de juifs, autant de populations que nous trouvons dans les registres de comptes de Giovanni Salviati. Mais les juifs étaient nettement plus présents, occupant une position clé dans les finances et les douanes. En offrant des facilités aux Européens au niveau des démarches administratives et des formalités, ils devinrent les intermédiaires privilégiés entre les Latins et les Ottomans. Certains étaient des hommes d’affaires éminents possédant à la fois le capital et l’expertise financière. Leur force résidait également dans leurs réseaux d’affaires les connectant avec les économies européenne et méditerranéenne, ce qui fut consolidé par l’afflux de réfugiés provenant d’Espagne, de Portugal et de Sicile après les expulsions promulguées à partir de 1492. Leurs atouts résidaient également dans leur connaissance des langues, dans la protection qu’ils recevaient des autorités ottomanes, et dans leur habileté technique au niveau commercial et bancaire leur permettant d’exécuter des transferts de capitaux entre le monde islamique et la Chrétienté. Le contrôle de positions importantes combiné à leurs entreprises commerciales permit aux juifs d’accroître leur position au sein de l’Empire et de progressivement détrôner la suprématie vénitienne.

Les juifs présents dans les livres de Giovanni Salviati sont essentiellement des boutiquiers à travers lesquels le marchand florentin écoulait les articles importés de Florence. Ils tenaient le plus souvent une boutique au sein du Bedesten de Constantinople, le bazar dédié aux tissus de luxe situé au cœur de la vieille cité. En témoigne cet exemple, extrait d’un des registres de Debitori e Creditori : « Sabatino, giudeo, botteghaio i(n) Bisestano, de’ dare, a dì 26 d’ap(ri)le asp. 12400 ; sono p(er) lla mo(n)ta di pan(ni) otto sop(r)aman(o) ve(n)dutogli alla g[i]ornata ; sensale Scimito e Ab(r)an Mo(n)bilia ; p(er) asp. 1550 p(ezz)a ; posto pan(ni) di cho(n)to d’Alfieri av(er)e i(n) q(uest)o c.14, al g[i]ornale c.4 ». Le 26 avril 1492 Giovanni Salviati vendit 8 draps de laine de type sopramano, appartenant à Alfieri Strinati, à Sabatino, marchand juif qui tenait boutique au Bedesten, à raison de 1 550 aspres la pièce, pour un total de 12 400 aspres. Les courtiers étaient également deux juifs, Scimito et Abram Monbilia. Les registres de comptes mettent ainsi en lumière une population de boutiquiers juifs de Constantinople dont nous avons certainement très peu de traces.

Seuls registres de comptes florentins actuellement recensés pour Constantinople et l’Empire ottoman des XIVe-XVIe siècles, ces documents permettent une analyse fine de la spécificité du commerce florentin (notamment en le comparant au commerce vénitien) et de la collaboration des négociants florentins avec le milieu marchand juif. Et ce ne sont pas les seuls trésors sur Constantinople conservés au sein des archives Salviati… D’autres écrits, dispersés dans différents registres, permettent de compléter la documentation.

Ingrid Houssaye Michienzi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.