[Texte libre] Le registre Stella de la firme Salviati (Matthieu Scherman)

Le registre Stella : le registre-bilan de la firme Salviati (1471-1517)
Matthieu Scherman

Le registre Stella, conservé dans la série III de l’archivio Salviati, est un registre comptable destiné à faire le bilan des différents livres compilés par l’ensemble des membres de la famille Salviati et des compagnies qu’ils dirigent et celles qu’ils ont dirigées. À ma connaissance, seuls P. Hurtubise, A. Carlomagno et R. Goldthwaite ont mentionné et utilisé le registre. Le premier dans son examen d’un ricordo de 1490-91 en tire la composition de la richesse et de la répartition des biens, des revenus des rentes et des impôts entre les Salviati (P. Hurtubise, Une famille témoin. Les Salviati, 1985, p. 88 et p. 93), le deuxième dans sa thèse sur l’agence de Pise au xve siècle le mentionne fréquemment, il en fait une première description et l’utilise pour éclairer la situation financière de l’agence de Pise (A. Carlomagno, Il banco Salviati di Pisa: commercio e finanza di una compagnia fiorentina tra il 1438 e il 1489, 2008, cf. notamment p. 15-20) et le troisième se sert du registre pour énumérer le nombre des agences de la famille des Pazzi en Italie et en Europe grâce à la copie d’un accord entre les deux familles (R. A. Goldthwaite, The Economy of Renaissance Florence, 2009)

En effet, le registre Stella est divisé en deux, le premier segment des c. 1-20 renferme les divers documents qui expliquent les répartitions financières – tel le document concernant les Pazzi – des testaments, des documents conservés également dans les filze de la famille. La seconde partie, de loin la plus consistante, comporte le bilan, en partie double évidemment, de vingt-cinq registres ainsi que l’ensemble des informations détenues par les Salviati sur leur situation vis-à-vis de la dette publique de Florence et leurs impôts, ayant décidé que tous les membres de la famille descendant d’Alamanno étaient solidaires devant le fisc florentin (ricordo, f. 3-5).

Outre, l’importance que le registre revêt pour les Salviati, il est aussi un exemple de la façon dont une famille florentine d’industriels-marchands-banquiers règle ses comptes et met en ordre ses affaires après près d’un siècle d’activité. Pour réviser les comptes, il est fait appel à des personnes extérieures à la parenté, mais liées professionnellement à la famille. D’ailleurs, l’énorme travail requis est perceptible à travers la documentation. De surcroît, le registre Stella permet aussi de faire le bilan généalogique des Salviati aux affaires et des changements de raisons sociales à une date déterminée.

Pour le moment, aucun élément direct n’apporte les raisons qui ont poussé les Salviati à entamer une telle entreprise. Il se pourrait que les questions familiales soient à l’origine de la nécessité de disposer d’un bilan comptable, mais l’ambition peut aussi être induite par la fin d’une période, avec des agences fermées (Londres en 1465 et Bruges à la fin des années 1460) ou prises en succession par d’autres familles, ou encore par la nécessité de faire face à des actions judiciaires se concluant par des déboursements financiers importants, ou tout à la fois. De même, il est aussi possible que cela soit nécessaire en raison d’une décision politique à caractère économique. En effet, il est décidé en 1471 que les comptes soient enregistrés en fiorini larghi ou en lires de petits et non plus en fiorini di sugello (R. Goldthwaite, G. Mandich, Studi sulla moneta fiorentina, 1994, p. 54). Une telle décision a pu encourager la clarification des comptes de la firme Salviati.

Le Stella est un imposant registre, d’une hauteur de 40,5 centimètres et d’une largeur de 29 centimètres composé de 401 folios. Les ricordi occupent les f. 1-11v, suivent 8 folios vides et du f. 20 au f. 337 les différents comptes ; le reste jusqu’au f. 401 n’est pas utilisé. Ainsi, le registre renferme plus de 1000 comptes dont 207 impersonnels. Ces derniers comprennent des comptes de marchandises, de quelques immeubles, les dépenses effectuées et les institutions, mais, surtout, les différentes raisons sociales des diverses entreprises Salviati. Ces comptes sont donc ceux toujours « ouverts », c’est-à-dire non soldés, dans l’ensemble des registres concernant les affaires de la famille, aussi bien les livres des agences que les livres personnels. Le régime successoral florentin favorisant les mâles et la volonté de ne pas émietter les patrimoines (cf. sur ce point I. Chabot, La dette des familles, 2011) font que les Salviati issus d’Alamanno sont tous héritiers à parts égales. Par exemple, lorsque Jacopo meurt en 1458 et que la raison sociale de l’agence de Londres devient « Les héritiers de Jacopo Salvati et compagnia », les « héritiers » recouvrent ses frères survivants, c’est-à-dire Francesco, Giovanni et Averardo (cf. son testament dans les filze). De fait, les descendants d’Alamanno et les survivants successifs de la branche reçoivent, ensemble, tous les biens. C’est aussi pourquoi il est nécessaire d’effectuer le bilan de l’ensemble des membres de la famille envers le fisc florentin. Par chance, tout peut-être divisé en trois à l’orée du xvie siècle, les trois cousins survivants issus de trois fils d’Alamanno : Alamanno fils d’Averardo, Jacopo fils de Giovanni et Giuliano fils de Francesco.

Durant la compilation du Stella, le visage de la famille se transforme. Si au départ lorsqu’il est décidé la révision des comptes, les deux fils survivants d’Alamanno, Giovanni et Averardo, et leurs neveux, Piero et Giuliano les fils de Francesco, sont concernés, dès 1472, cela ne concerne plus qu’Averardo et ses neveux puisque Giovanni meurt en laissant son fils Jacopo comme héritier. En 1481, lorsque Michele da Colle prend le relais de Bernardo Castellani, les partages s’effectuent entre Averardo et ses deux neveux survivants Giuliano et Jacopo, Piero le fils de Francesco étant décédé entre temps (1473). Par la suite, lorsqu’Averardo décède en 1486, son fils Alamanno participe avec ses deux cousins aux divisions.

Le bilan des raisons sociales apporte des éléments importants sur la gestion de l’entreprise Salviati. En outre, une mise au point sur la conservation des registres peut être entreprise. On se rend compte des livres perdus ou laissés à d’autres familles. Il permet aussi de faire un point sur la durée des agences, notamment Londres, pour laquelle le dernier livre conservé dans les archives est un « Rosso segnato D » couvrant la période 1453-1466, mais surtout 1453-1458. Par la suite, les derniers folios du grand livre « D » sont plutôt la marque du passage d’un livre à l’autre. Justement, dans le Stella, est mentionné le livre E de l’agence de Londres, qui n’est pas conservé dans les archives Salviati. Le grand livre E pourrait avoir été conservé, dès sa conclusion, par les Bardi. En effet, à la suite des départs définitifs, en 1456, des deux Salviati pour Florence, le principal de l’agence de Londres Jacopo et son frère Averardo, la gestion est laissée à Giovanni Bardi, déjà salarié de l’agence depuis 1455, et Nicolò da Rabatta. Les termes de l’accord sont précisés par contrat en 1458. D’ailleurs, dans l’inventaire effectué au xviiie siècle (iia serie, reg. 314 et 315) le livre E n’est pas mentionné non plus. De même, le livre D de l’agence de Bruges est mentionné dans le Stella sans qu’il ne soit conservé par la famille. Pour l’agence de Bruges, seuls deux grands livres sont parvenus, le G et le I. En effet, l’agence est gérée par Piero da Rabatta ; dès 1445 dans les premiers registres de Londres, l’agence de Bruges des da Rabatta est mentionnée comme étant « les nôtres ». De la sorte, lorsque Giovanni d’Alamanno Salviati devient un associé en 1462, si ce n’est l’associé principal, l’agence de Bruges fait partie depuis longtemps du système Salviati, formant un binôme dans le Nord-Ouest européen avec Londres, organisation typique de nombreuses firmes italiennes présentes dans la région. Les autres manques, qui touchent majoritairement les ricordanze, doivent correspondre à des pertes. Sur les vingt-trois raisons sociales, il manque, outre celles déjà mentionnées, pour l’art de la laine à Florence le grand livre P et pour l’agence de Pise le grand livre F. D’autres grands livres mentionnés dans le Stella sont perdus comme celui de l’agence de Florence, le grand livre D de Francesco Salviati ou le grand livre I de l’agence de Pise de Giuliano Salviati.

Tableau récapitulatif des raisons sociales soldées dans le Stella

Raison sociale Grands Livres Dates
Arte della lana Florence : Alamanno di Jacopo O 1443-1448
Arte della lana Florence : Alamanno di Jacopo P (non conservé) 1448-1451
Arte della lana Florence : Alamanno di Jacopo Q 1451-1456
Banco de Florence : Piero et Francesco A 1439-1441
Banco de Florence : Piero et Francesco C 1445-1447
Banco de Florence : Francesco et Giovanni A 1452-1456
Banco de Florence : Averardo et compagnia C 1472-1501
Banco de Pise : Piero et Francesco C 1442-1443
Banco de Pise : Piero et Francesco D 1444-1447
Banco de Pise : Francesco et Giovanni AA 1447-1451
Banco de Pise : Francesco et Giovanni BB 1451-1454
Banco de Pise : Francesco et Giovanni CC 1455-1459
Banco de Pise : Francesco et Giovanni B 1461-1463
Banco de Pise : Piero et compagnia E 1469-1470
Banco de Pise : Piero et compagnia F (non conservé) 1471-1472 ?
Banco de Pise : Giuliano Salviati et compagnia H 1475-1477
Banco de Pise : Giuliano Salviati K 1478-1489
Banco de Pise : Giuliano Salviati et compagnia L 1484-1489
Banco de Bruges : Piero da Rabatta D (non conservé) ?
Banco de Bruges : Giovanni Salviati et Piero da Rabatta I 1463-1470
Banco de Londres : Jacopo Salviati et compagnia B 1448-1451
Banco de Londres : Jacopo Salviati et compagnia C 1451-1453
Banco de Londres : Jacopo Salviati et compagnia puis Héritiers de Jacopo Salviati D 1453-1458

Ces données laissent imaginer la minutie et la quantité de travail demandées par la révision des comptes. Les Salviati ont engagé Bernardo Castellani et, après sa mort en 1481, Michele da Colle. Tous deux connaissent les Salviati pour avoir travaillé pour eux auparavant à Pise, mais être aussi engagés au même moment que la réalisation du Stella en tant que caissiers de l’agence de Florence. Ainsi, le grand livre C de Florence couvrant la période 1472-1501 a des caractéristiques « physiques » (même couleur, rouge, mêmes hauteur et largeur) similaires et est rempli des mêmes mains. Trois autres mains se repèrent dans le registre Stella en fonction des dates. De 1471 à 1481 celle de Bernardo Castellani, jusqu’en 1497 celle de Michele da Colle, ensuite trois autres, peut-être celles des Salviati, des écritures que l’on retrouve dans des livres postérieurs et, me semble-t-il dans les souscriptions des ricordi. Les grands livres dont les raisons sociales sont portées au Stella ne concernent que le xve siècle, si le grand livre C de Florence a des bornes chronologiques couvrant la période 1472-1501, les dernières opérations de ce livre se réfèrent plutôt aux affaires internes des Salviati. Le Stella est finalement construit comme tout grand livre : les informations principales sur les raisons sociales jusqu’en 1497 tandis que les comptes de la fin, qui courent jusqu’en 1517, sont là pour assurer la transition entre les prochains grands livres et régler les comptes entre les membres de la famille Salviati. Cela concerne les répartitions des patrimoines et les dépenses effectuées par les différents membres de la famille en vêtements ou bijoux, il s’agit alors d’effectuer des compensations entre eux.

Quelques inscriptions ainsi que des feuilles volantes insérées dans le registre permettent d’entrevoir et d’essayer d’approcher au plus près les méthodes de travail. Le laborieux et méticuleux travail est retranscrit grâce à des feuilles laissées dans le registre, elles indiquent les étapes et les mécanismes de la révision des comptes. En voici un exemple avec la transcription d’une note de Castellani concernant le compte du patriarche Alamanno :

Nota che a llibro rosso segnato A, resta creditore Allamanno di f. 1249.18.11 af. che sono all’onchontro f. 1749.13.1 a oro che sono debitori a questo libro Alamanno Salviati e compagni lanaiuoli e benché, allora, quando e’ debitori e creditori si chonsegnarono dal llibro biancho segnato Q al llibro rosso segnato A, battevano la ragion e, ora, non possono esser pari perché al libro rosso segnato A c. 14 è fatto debitore Alamanno a quel chonto di f. 500 fatti buoni per Jacopo di Jacopo Salviati, e’ quali di poi pagati e’ Chanbini a detto Jacopo chome apare a detto libro rosso segnato A c. 22 dove detto Jacopo fu fatto creditore.

Il s’agit ici d’un problème posé au comptable suite au passage du compte d’un grand livre à l’autre. N’étant  plus équilibré, il est obligé d’intervenir. D’autres bouts de papier illustrent le travail des réviseurs des comtpes et ils sont allés chercher l’ensemble des données qu’ils pouvaient trouver dans les papiers Salviati : sont ainsi présents, des reconnaissances de dettes, des précisions orales retranscrites par écrit ou encore des bouts de comptes soldés ou non. Toutes ces mentions ajoutées aux annotations et autres feuilles volantes insérées dans les registres vérifiés mettent en évidence le travail effectué. De plus, ils sont aussi allés vérifier les données dans des livres de comptes des clients. Ainsi, le parcours des comptables peut être, en quelque sorte, retracé.

L’ensemble de la documentation a été vérifié : les livres de caisse sont examinés ainsi que les ricordanze, utilisées pour rappeler les raisons d’une dette ou d’un crédit. Par ailleurs, nombreux sont les registres comptables annotés des mains des compilateurs du Stella. Notamment, des grands livres qui sont révisés sans qu’ils n’apparaissent dans le Stella. Pour l’agence de Londres, il n’est pas question du livre A dans le Stella et uniquement pour le corpo de la raison sociale B de Londres. La raison de cela est le passage dans le C des comptes débiteurs et créditeurs du livre B, on le voit au début du livre C de Londres (Ia serie, 341, c. 2). Ensuite les comptes encore ouverts du C sont soldés dans le Stella (c. 97). Pour l’agence de Bruges, le livre I, celui dont la raison est inscrite dans le Stella, débute par la liste des débiteurs de l’ancien livre, le G, c’est pourquoi il n’en est pas fait mention dans le Stella. Dans le G aussi une liste de débiteurs introduit le grand livre. Il faut également ajouter que, contrairement à Londres par exemple, il est souvent mentionné le livre secret, qui permet une première mise en ordre des affaires puisque les éventuels bénéfices sont partagés entre les associés. Ainsi, tous les comptes contenus dans le grand livre G de Bruges sont clôturés, tous sont cancellés (avec une particularité, dans le dare un trait pour biffer, dans l’avere à l’initiale du premier mot, un trait, et un autre sur le compte, une double annulation pour une double vérification ?).

D’autres livres sont entièrement clôturés, mais cela est dû au travail accompli par le réviseur des comptes. C’est le cas du grand livre « bianco C » du banco de Florence de Piero Salviati de 1445-1447. Les cancellations ont eu lieu en aval, après la compilation du grand livre C ; il a ainsi rajouté des écritures du Stella aux comptes encore ouverts pour les équilibrer puis a ouvert un nouveau compte « raison du livre Stella » en fin de livre C (c. 186). Dans la partie dare les débiteurs du livre C consignés au Stella et dans l’avere les comptes créditeurs. À la carte suivante, c. 187, il s’agit des comptes entre la ragione vecchia et d’autres livres comme celui de la bottega ou des livres de Pise avec des renvois à la raison Stella. Le même procédé est élaboré pour le grand livre E, et sûrement le D mais celui-ci n’est pas conservé dans les archives.

Parallèlement dans le registre Stella, il indique un compte raison de tel livre en mettant dans la partie dare les comptes encore ouverts créditeurs et en avere les comptes encore ouverts débiteurs. Dans le Stella, les comptes sont renvoyés à différentes parties afin de les clôturer : pour les mauvais débiteurs, dont le recouvrement paraît peu probable, un compte  « debiteurs cattivi » est ouvert (pour la raison sociale C de Londres en c. 218 et c. 219 pour ceux du grand livre D), ils peuvent aussi être renvoyés au compte disavanzi d’une raison sociale (par exemple, celle de Londres aux c. 100 et 106, celle du livre C de Florence c. 200 et 237 et celle de Bruges c. 209) ou encore être renvoyés au crédit des trois Salviati encore présents à la fin des années 1490 et au début des années 1500 (c’est-à-dire le compte propre de Giuliano, Alamanno et Jacopo, c. 205). Quant aux créanciers des Salviati, les comptes peuvent être clôturés par des assignations à des comptes débiteurs (il faut donc se demander de la réalité effective du solde du compte). Les créditeurs peuvent aussi être mis dans le dare des avances d’une raison sociale.

Les réviseurs procèdent en regardant les comptes qui ne sont pas cancellés dans les différents grands livres et couchent par écrit les différents comptes dans l’ordre des pages en fonction de la position : créditeurs ou débiteurs du livre.

 Prenons le cas de Bernardo Rossi qui est débiteur de la raison sociale des Salviati de Londres en raison de l’envoi d’un drap par ceux de Londres de s. 8 d. 2. On le retrouve en c. 71 dans le grand livre A de Londres (Ia serie, reg. 335). Dans ce compte en avere, le renvoi au dare est au c. 28 qui correspond à toutes les dépenses effectuées pour l’achat et l’acheminement du drap jusqu’à Florence. Ce compte de Bernardo Rossi est cancellé car il est renvoyé au grand livre B (Ia serie, 338), au c. 4 pour s. 8 d. 2 déjà. Il apparaît uniquement dans le dare et n’est pas cancellé. Il est ensuite renvoyé dans le C de Londres au compte de la ragione du livre B (c. 2), il est placé dans les débiteurs. De là, la contrepartie pour son compte est faite au c. 3, encore une fois non cancellée et ne comportant que le côté débit. Dans le dare, il est renvoyé au libre B c. 4. Enfin dans le Stella, son compte est renvoyé aux mauvais débiteurs.

 Finalement, le Stella semble jouer le rôle de point de départ pour les nouvelles raisons sociales et les différentes agences Salviati suivantes. D’ailleurs, une nouvelle raison sociale naît de la compilation du Stella. Ainsi, dans le grand livre M de l’agence de Florence (Ia serie, reg. 388) couvrant la période 1516-1545, une nouvelle raison sociale est introduite, elle concerne principalement les paiements et les rentes des différents impôts et des emprunts publics : plusieurs comptes sont ouverts intitulés « Jacopo rede di Giuliano e d’Alamanno Salviati del libro Stella ». Tandis que les « avanzi » du Stella sont calculés (c. 226).

Par la suite, il n’y a pas de trace d’un travail d’une aussi grande ampleur mais il est habituel de revoir les comptes. De la sorte, ils rétribuent un membre extérieur à la famille pour effectuer les vérifications d’un grand livre O de l’agence de Pise (Ia serie, 312) couvrant la période 1493-1542. Il est dit qu’en 1536 ils ont payé 6 florins a Guglielmo Orlandini per sua faticha d’avere raghuagliate le scriture di questo libro(c. 345).  Dans le livre secret de Florence (1528-1555, Ia seria, 761) des mentions sont faites de révisions des comptes, il est renvoyé à plusieurs plusieurs reprises à un livre de révision des comptes (libro de’ rivedimienti) d’une certaine consistance, au moins 130 folios.

Matthieu Scherman


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.