[Article] Observations sur les conséquences financières d’une crise politique : l’expulsion des Florentins de Venise vue de la comptabilité Salviati, 1451-1454 (Matthieu Scherman)

Matthieu Scherman, « Observations sur les conséquences financières d’une crise politique: l’expulsion des Florentins de Venise vue de la comptabilité Salviati (1451-1454) », dans Le crisi finanziarie. Gestione, implicazioni sociali e conseguenze nell’età préindustrial, a cura di Giampiero Nigro, Florence, Florence University Press, 2016, p. 395-409.

Résumé
[Français]
Alors que les Florentins avaient fait de Venise leur principal centre financier, le Sénat décide de les expulser en juin 1451. L’histoire est connue. Pourtant, d’un point de vue économique et financier, il a été peu question de la déstabilisation du marché des changes européens provoquée par la décision vénitienne. Or la rapidité avec laquelle ils sont rappelés (après la paix de Lodi d’avril 1454) est un premier indice de l’importance des enjeux. Les comptabilités de la famille florentine des Salviati sont un excellent observatoire de la situation induite par une décision politique. En effet, les mouvements financiers sont nettement réduits pour les compagnies Salviati durant la période de l’expulsion et l’on pourrait définir la période comme une crise financière. Les registres des compagnies (Londres et Pise) sont physiquement beaucoup plus minces, signe d’un volume des opérations en très nette baisse. Pour l’agence de Londres, alors que Venise est une des places où ils tirent des lettres de change avec régularité — au moins une soixantaine d’opérations entre 1445 et 1448, plus d’une centaine de lettres de 1558 à 1451 — la décision dérègle complètement la firme. En effet, une dizaine seulement d’opérations avec Venise est enregistrée entre juin 1451 et août 1453. D’ailleurs, c’est l’ensemnle du marché des changes internationaux qui est touché car aucune autre place ne semble prendre la place de Venise dans les transferts financiers. L’analyse économique de l’expulsion des Florentins de Venise offre un observatoire privilégié pour examiner le marché des changes européens à un moment de crise. Ainsi la documentation Salviati permet de réfléchir sur une crise financière de courte durée à la fin du Moyen Âge.

[Italiano] I Fiorentini avevano fatto di Venezia il maggiore centro finanziario ma, nel giugno del 1451, il Senato decide di estrometterli. Il fatto politico è conosciuto. Però, non c’è stata una riflessione economica e finanziaria, ma anche di gestione economica di una crisi politica. La destabilizzazione del mercato dei cambi europei non è stata assai messa in rilievo. Un segno dell’impotanza economica della faccenda è la celerità con la quale i Tiorentini sono richiamati a Venezia (dopo la pace di Lodi nel aprile 1454). I registri contabili della famiglia fiorentina dei Salviati offrono uno punto di osservazione privilegiato della situazione provocata dalla decisione politica. In effeti, i flussi finaziari si riducono fortemente durante il periodo che si può definire come un momento di crisi finanziaria. I registri della compagnia (Londra e Pisa) sono più piccoli, segno di un numero di operazioni molto più ridotto. Per la compagnia di Londra, che tira lettere di cambio indirizzate a Venezia con regolarità — una sessantina di operazioni tra il 145 e il 1448, più di un centinaio tra 1448 e il mese di maggio 1451 — la decisione provoca forte turbolenza nella firma. Solo una decina d’operazioni sono registrati tra il mese di giugno 1451 e il mese d’agosto 1453. L’insieme dei circuiti finanziari del mercato dei cambi europei è toccato perché nessuna piazza viene sostituire Venezia nelle trasferte di denaro.L’analisi econoica dell’espulsione dei Fiorentini di Venezia offre la possibilità di esaminare il mercato europeo durante una crisi. Così, le fonti consrvate nel fondo Salviati permettono di riflettere sulle conseguenze finanziarie di una crisi politica di « courte durée » alla fine del Medioevo e sulla sua gestione economica.