[Intervention] Marchands florentins et trafics caravaniers : une connexion à travers les négociants juifs dans la Méditerranée du XVe siècle (Ingrid Houssaye Michienzi)

 

Capture d’écran 2016-05-25 à 13.55.51

prog._congr.arras

La communication a pour but de présenter comment les marchands florentins réussissaient à accéder aux trafics caravaniers transsaharien et du Moyen-Orient grâce à des relations d’affaires tissées avec des artisans, négociants et boutiquiers juifs sur les places commerciales de Ciutat de Majorque et de Brousse (Anatolie). Elle sera basée sur la documentation laissée par des compagnies d’affaires florentines, croisées avec d’autres sources disponibles pour le Maghreb comme pour l’Empire ottoman. Il s’agit notamment des deux fonds majeurs que sont les archives Datini et Salviati en Toscane.

Des compagnies d’affaires florentines étaient en effet implantées à Majorque dans le but, entre autres, de commercer avec l’Afrique. L’île, grâce à son histoire et à une position géographique très favorable, en était en effet la voie d’accès principale. Mais les Florentins étaient limités dans leur expansion par des ligues de marchands majorquins qui contrôlaient la navigation entre l’île et les côtes nord-africaines. Cette situation donna naissance à une active coopération avec les juifs et convertis de l’île. À travers d’importants flux migratoires qui suivirent les persécutions de 1391, les juifs et les nouveaux chrétiens renforcèrent leurs contacts avec les juifs nord-africains : des réseaux commerciaux étaient organisés des deux côtés de la Méditerranée. Les juifs pénétraient également les marchés situés bien plus au sud, aux portes d’accès au trafic transsaharien. C’est pourquoi, en utilisant les connections des négociants juifs, les marchands florentins élargirent leurs horizons et réussirent à commercer jusqu’en Afrique subsaharienne. Cette coopération commerciale est documentée dans les correspondances et les livres de comptes de la compagnie Datini établie à Majorque autour de 1400, dont certains registres contiennent des écritures en caractères hébraïques.

De l’autre côté de la Méditerranée, dans l’Empire ottoman de la fin du XVe siècle, les Florentins coopéraient également avec les négociants juifs pour vendre leurs produits textiles et acheter de la soie grège qui provenait principalement des pourtours de la mer Caspienne. Le trafic de ces précieuses soies, après un long parcours caravanier, débouchait sur la ville ottomane de Brousse (Bursa), alors plaque tournante du commerce des soies grèges levantines. C’est ici à nouveau les relations commerciales qu’ils établissaient sur ce marché avec des négociants juifs qui permettait aux marchands florentins d’acquérir la marchandise qu’ils expédiaient ensuite vers Florence. Des registres comptables tenus à Constantinople et des correspondances d’un agent florentin circulant sur divers marchés de l’Empire ottoman, en livrent le témoignage.

Cette communication livre ainsi des exemples concrets d’un commerce interreligieux liant les acteurs économiques florentins aux marchés subsahariens et à la soie perse. L’accent sera mis sur le rôle des intermédiaires juifs et sur les places commerciales qui formaient des relais essentiels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.