[Article] Le commerce du fil de soie et des soieries à Lyon au XVIe siècle: un luxe italien ? (Nadia Matringe)

Le Commerce du LuxeNadia MATRINGE, « Le commerce du  fil de soie et des soieries à Lyon au XVIe siècle: un luxe italien ? », dans Le commerce du luxe. Production, exposition et circulation des objets précieux du Moyen Âge à nos jours, sous la dir. de N. Coquery et A. Bonnet, Paris, Mare & Martin, 2015, p. 38-45.

Présentation de l’ouvrage :
Il est peu de questions qui aient donné lieu à un aussi grand nombre de controverses que celle du luxe. La raison en est simple. Cette expression ne désigne pas une chose déterminée ; elle a au contraire un sens mobile et relatif et s’applique, selon les temps et selon les lieux, à des objets toujours différents […]. Il n’existe guère un seul article parmi ceux qui sont regardés aujourd’hui comme indispensables à l’existence, ou une seule amélioration d’une nature quelconque, qui n’ait été dénoncé à son apparition comme une superfluité inutile ou comme étant en quelque sorte nuisible. Dictionnaire encyclopédiqueuniversel de Camille Flammarion, 1894-98 (« Consommation »).
La notion de luxe a souvent été condamnée par les moralistes et contestée par les économistes. Or l’identité distinctive du luxe, construction culturelle, économique et sociale qui repose sur la rareté, le savoir-faire, la provenance ou la convoitise, défie les définitions univoques. L’ouvrage entend revenir sur cet objet historique problématique en posant la question de la production, de la diffusion et de la consommation des objets de luxe – l’intérêt heuristique du marché du luxe est bien de mettre au premier plan la question des circulations et des connections –, et en analysant la spécialisation progressive d’un commerce qui concourt à l’embellissement de la personne ou du cadre de vie. Les contributions qui le composent sont issues d’une manifestation scientifique interdisciplinaire organisée à Lyon en 2012, qui était largement ouverte d’un point de vue chronologique, spatial et disciplinaire. Le luxe a souvent été cantonné aux productions des beaux-arts ; il s’agit ici d’en montrer la richesse et la diversité et d’observer comment se sont progressivement mis en place, des marchés spécialisés. L’ouvrage développe trois approches spécifiques : la circulation spatiale du luxe (marchands et marchandises), l’économie du luxe (concevoir, produire, vendre), les circulations sociales du luxe (luxe et demi-luxe).
Table des matières de l’ouvrage (pdf)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.